événements

Créer une déco bohème : nos conseils

Vous l’avez sans doute remarqué, depuis quelques temps le style bohème (re)gagne du terrain dans nos intérieurs. D’où vient donc l’engouement pour cette esthétique un brin rebelle ? Sans doute de notre profonde envie d’un retour à la nature, à l’essentiel, à la simplicité. Une liberté offerte par cet univers où les choses n’ont pas besoin d’être parfaites ; où, au contraire, la trace du temps, l’imperfection, sont cultivés. Le bohème est plus qu’une tendance en décoration, c’est un art de vivre. Si vous aspirez à vous en approcher, commencez par distiller quelques grands principes chez vous. Deux professionnelles de l’aménagement et la décoration vous livrent les clés pour y parvenir.

Commencer par définir le style bohème (que vous aimez)

Gypsy, caravane, nomade… le style bohème fait référence à un mode de vie basé sur la liberté. Liberté de se déplacer, liberté de pensée, l’adepte du bohème ne souffre d’aucune contrainte ni restriction. Il vit « au jour le jour sans se soucier des règles établies ». De même en matière de décoration, chacun se l’approprie en l’interprétant à sa façon. C’est un des enseignements prodigué par nos deux professionnelles de l’aménagement et de la décoration, Marie Froideval du Studio Mariekke, et Maureen Karsenty : décomplexer notre rapport à cet univers décoratif qui se veut libre, imparfait ; en somme un style « qui correspond à la vie réelle ».

En marge des autres, le bohème prône un retour à une vie simple, proche de la nature. Cette aspiration croissante, notamment en matière de décoration, pour l’artisanat, le fait-main, la récup, est l’occasion pour le style bohème de s’immiscer dans nos intérieurs. L’accumulation en est un des grands principes : les objets rapportés de voyages côtoient des meubles chinés, aux poignées récupérées par exemple ; les tapis s’accumulent au sol comme autant de coussins sur le canapé. En cela, le bohème fait la part belle à la notion de confort. L’importance est accordée aux détails, l’idée est de créer un joyeux bazar organisé, une décoration poétique, vivante, non figée.

Une fois ces grands principes assimilés, chacun est libre d’adopter le style bohème en total look – maîtrisé – ou bien au contraire de le marier à d’autres ambiances, pour encore plus d’originalité. Une touche bohème dans un intérieur rustique est la bienvenue par exemple ; de même il se marie à merveille au style scandinave, ou encore au contemporain.

S'approprier le style bohème chez soi simplement

Pour composer une décoration bohème intemporelle, inutile de chercher la complexité : c’est dans la simplicité que nous trouvons le plus de satisfaction. L’idée est de partir « d’une base épurée, puis de jouer avec de jolies matières et de beaux matériaux dont on ne se lassera pas », explique Maureen Karsenty. Ces matériaux choisis avec soin constituent les fondements mêmes du style bohème. Par exemple, dans son projet de rénovation d’un appartement parisien de 46 m2, l’architecte d’intérieur a misé sur ceux de la cuisine : une cuisine noire très forte, qui fait la part belle aux zelliges en crédence, à la pierre recyclée en plan de travail, et une pointe de laiton doré sur les luminaires. Le mélange des matières évoque sans conteste l’esprit récup associé au style bohème, et comme l’affirme Marie Froideval, « nous ne cherchons pas la perfection, mais au contraire les éléments dépareillés […], il faut voir la trace du temps« . Les bois patinés, les textiles naturels – lin, chanvre -, les fibres tressées – raphia, jonc -, s’associent sans peine aux velours, cuir, béton ciré ou encore carreaux de ciment. La bonne idée est de conserver les éléments anciens, déjà existants, et de les sublimer, à l’image du parquet et des poutres du duplex rénové par l’architecte d’intérieur du Studio Mariekke.

De beaux matériaux ont été choisis pour la cuisine de cet appartement parisien : zellige noir en guise de crédence et pierre recyclée sur le plan de travail. Réalisation Maureen Karsenty

Shoootin

Le parquet d’origine a été conservé et sublimé dans le séjour, tandis que la cuisine fait la part belle aux carreaux de ciment. Réalisation Studio Mariekke

Vient ensuite le choix des accessoires, l’idée étant de les multiplier. Toutefois, Maureen Karsenty rappelle qu' »avec le style bohème, nous voulons quelque chose d’apaisant, s’il y a des objets partout cela peut vite devenir polluant ; la décoration peut donc être très étudiée par endroit mais pas en totalité » pour ne pas saturer l’espace. Le salon ou la chambre se prêtent le mieux à cet exercice : on peut y voir une « profusion de plaids, de coussins, y accumuler les paniers« . C’est aussi à ce moment que se révèle notre interprétation personnelle du style bohème. Les tapis tressés se parent ainsi, selon les goûts, de motifs marocains, mexicains ; au contraire, plus fleuris que les Kilim persans, les tapis de l’est apportent une touche slave, en référence à la vie nomade, en caravane. Pousser la décoration bohème à son paroxysme peut avoir un petit côté collectionneur. S’il est utilisé avec parcimonie, l’intérieur ne risque pas de souffrir d’un trop-plein. Maureen Karsenty conseille dans ce cas de « s’amuser avec des verres et vases de couleurs différentes ; des pots en terre cuite ; la vannerie », sublimés par quelques accessoires en laiton, un matériau qui se patine avec le temps.

 

Source : cotemaison.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *